Suivre

On a lu beaucoup de choses sur la «  » et sur la nécessité de diminuer notre usage de numérique. Cela a culminé avec la proposition du Conseil National du Numérique d’interdire les tarifications forfaitaires sur l’Internet. Malheureusement, la plupart des textes publiés sont très approximatifs, voire franchement faux. Il est donc utile de réviser ses fondamentaux. Combien consomme le numérique, où ça, et comment diminuer cette consommation ?

signal.eu.org/blog/2020/07/15/

@bortzmeyer

> Nous allons voir qu’en fait, l’essentiel de la consommation électrique des réseaux est constitué par le fonctionnement de l’infrastructure, indépendamment de la quantité de données.

Mais la quantité de données influe sur la nécessité d'une certaine taille d'infrastructure.

@bortzmeyer

Je suis d'accord que ce n'est pas simple de par la complexité inhérente à l'informatique et à sa gestion socio-économique.

> Ensuite, on est d'accord qu'il faut amortir les équipements au max, mais les opérateurs ne s'amusent pas à changer les routeurs pour un oui ou pour un non. Un routeur insuffisant sur un réseau saturé peut être réinstallé en marge. Idem équipements 4G vs 5G d'ailleurs.

Sauf que la saturation non-évènementielle advient par augmentation du volume d'échange.

@nspanti D'autre part, vos remarques sont tout à fait pertinentes mais l'article pointait, à juste titre, le fait que 95 % des articles sur la consommation énergétique du numérique sont pipeau, et écrits par des ignorants (en numérique et en énergie).

@nspanti Et cela a son importance pour les conseils qui en découlent. Ainsi, retarder le renouvellement de son ordiphone est plus pertinent que le conseil classique « regardez moins de vidéos ».

@bortzmeyer

De plus, ce billet a aussi le biais de ne prendre en compte que l'usage, or la construction et la vie post-usage de l'électronique pollue aussi. Les gains à l'usage sont peut-être inférieurs aux coûts d'avant et d'après.
nicola-spanti.info/fr/document

bastamag.net/Numerique-cette-e
"La fabrication concentre[rait] plus de 80% des impacts, selon les variables considérées (épuisement des ressources, effet de serre, destruction de la couche d'ozone, consommation d'énergie, etc.)."

@nspanti Remarque injustifiée, l'article met au contraire l'accent sur ce problème de la fabrication.

@bortzmeyer

> On voit d’abord qu’aucun des éléments de la chaîne, du serveur de données à notre installation personnelle, n’éprouve une sensibilité particulière aux volumes de données échangés. Il n’y a donc pas de raison écologique de se forcer à réduire notre consommation de celles-ci.

Qu'on aille pas nous faire croire qu'on échange de la donnée pour en échanger. 1/2

@bortzmeyer Une fois échangée, la donnée a ensuite vocation à être utilisée. Or plus la donnée est grosse, plus elle est souvent coûteuse à traiter. On pourra à raison m'objecter notamment le cas de la compression non-destructive ou de certaines compressions compressions destructrices (il me semble par exemple que H265 est plus lourd au décodage que H264). Mais qu'on aille pas nous dire que le texte demande autant d'énergie qu'une vidéo par exemple. 2/2

@nspanti Je ne suis pas convaincu de cette relation entre taille et conso électrique au traitement. Outre le cas de la compression, je pense à ce qui est (d'après le bruit du ventilo de mon PC), une source de conso importante : l'affichage des pages Web. La conso d'un code JavaScript n'a pas de relation simple avec sa taille.

@nspanti Il va falloir que j'achète un wattmètre pour des mesures plus scientifiques que « le ventilo tourne ».

@bortzmeyer @nspanti j'ai l'impression que ce qui compte majoritairement, c'est en effet la fabrication du matériel. Hors quand l'infrastructure (et les datacenter) sont saturés, on en installe de nouveaux, au fur et à mesure de l'augmentation des données. Donc certes, diviser par deux la conso de données aujourd'hui ne réduira pas l'impact, par contre ça retardera l'agrandissement de l'infrastructure.

Faire durer son smartphone plus longtemps est important, et c'est pareil pour l'infra, non ?

@youen @nspanti Oui, mais alors il faudrait le dire comme ça et arrêter avec les stupides « regarder une vidéo consomme autant d'électricité qu'un TGV sur X km », qui laissent entendre qu'en ne regardant pas la vidéo, on diminue la consommation.

@bortzmeyer tout a fait, on est bien d'accords là dessus, de nombreux articles sont bidon (et celui dont il est question ici parait plutôt documenté au contraire). La pire comparaison qu'on voit partout étant de comparer les e-mails à des ampoules allumées pendant X heures.

Pour ce qui est de la meilleure approche pour la sobriété numérique, je crois beaucoup plus en l'optimisation logicielle (à commencer par la suppression des trackers et pubs)
@nspanti

@bortzmeyer @nspanti de même, si on fabrique du matériel de plus en plus efficient, mais qu'en même temps la conso de données augmente, on se retrouve avec un impact a peu près constant.

Mais ça ne veut pas dire qu'augmenter la conso de données n'a pas d'impact. Si le matériel devenait plus efficient *sans* augmentation de la conso de données, alors l'impact diminuerais au fil du temps (datacenters de plus en plus petits, etc.)

@youen @nspanti Le remplacement du matériel est à double tranchant : matériel plus efficace mais nécessité de le fabriquer (et de recycler l'ancien). Comme avec le discours « achetez une nouvelle voiture, elle polluera moins et vous sauverez la planète », je me demande quelle est la dose d'encouragement à la consommation déguisée en écologie.

@bortzmeyer oui oui, je n'ai pas précisé en effet, mais je pensais au remplacement d'un matériel en fin de vie (HS, irréparable) par un matériel plus efficient.

Contrairement justement à la croissance de l'infra (pour raison de croissance des données échangées ou de la complexité de leur traitement) qui tendra à remplacer du matériel qui fonctionne encore mais pas assez puissant.
@nspanti

@youen @bortzmeyer @nspanti

Je crois qu'il y avait un document pondu par #ecoinfo qui donnait l'âge pivot pour lequel il valait mieux remplacer un serveur que continuait à l'utiliser même s'il fonctionnait toujours. Je vais essayer de remettre la main dessus, mais, de mémoire, ça doit être autour de 8 ans. Au-delà, même écologiquement, ce n'était plus rentable.

@youen @bortzmeyer @nspanti

Ce n'était pas sur le site de #ecoinfo , mais j'ai pu retrouver l'info ici :
matinfo-esr.fr/ecoinfo

A partir de "Pour les serveurs, cela dépend .. de la consommation de votre serveur, du PUE de votre "datacentre". "

@Fritange merci pour le lien, infos intéressantes (même si elles ne prennent en compte que les émissions de CO2 et pas les autres pollutions liées à la fabrication de matériel).

La façon dont je comprend leur exemple (qui n'est qu'un exemple) : changer au bout de 4 n'est *pas* rentable, mais ils ne parlent pas de changer au bout de 8 ans (ce serait plutôt leur estimation de la durée de vie du serveur d'origine pour cet exemple ?)
@bortzmeyer @nspanti

@youen @bortzmeyer @nspanti

Ils prennent un exemple de 2 serveurs. Le second consomme 20W de moins que le 1er puis ils calculent si c'est rentable de changer le 1er en faveur du 2nd au bout de 8 ans. Leur conclusion, c'est que non, ce n'est pas rentable.

Mais ils auraient aussi du prendre en compte le fait que les serveurs permettent d'avoir des T° de consigne des clims plus élevées dans les dernières générations de serveurs 1/2

@youen @bortzmeyer @nspanti

Ainsi, les dernières générations de serveurs Dell encaissent sans soucis une T° de consigne à 27°C par exemple, là où les très vieux serveurs voulaient absolument du 18-22°C.

Dans la réalité, on met souvent du 23-24°C, mais ça ne me gène pas d'aller bien au-delà.

Il y a même eu des tests réussis de fonctionnement dans le désert. Mais ça ne dit pas sur quelle durée... 2/2

@Fritange effectivement, ils prennent le PUE comme une constante du datacenter (mais facile à changer par PUE1 et PUE2). Cela dit, il faut alors que *tous* les serveurs du datacenter supportent cette température plus élevée.
@bortzmeyer @nspanti

@youen @bortzmeyer @nspanti

Oui, d'où l'intérêt d'avoir un parc serveurs ~homogène (mais aussi pour plein d'autres raisons).

@Fritange justement, ce n'est pas ce que je comprend :
"Scénario 1 : le serveur 1 est utilisé pendant 8 ans"
"Scénario 2 : le serveur 1 est remplacé par le serveur 2 au bout de 4 ans"

Ils évaluent donc s'il est rentable de changer au bout de 4 ans (par rapport au scénario de base qui est le garder 8 ans). Ce n'est pas rentable au bout de 4 ans, mais ils n'évaluent pas si c'est rentable au bout de 8 ans. Bref, c'est un exemple de toute façon ^^
@bortzmeyer @nspanti

@bortzmeyer @nspanti

Sinon, tu dois pouvoir interroger ta machine par snmp / ipmi pour avoir ce type d'infos.

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Mastodon - Gougère Network

Le réseau social de l'avenir : Pas d'annonces, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Possédez vos données avec Mastodon !