Follow

À la soirée de lancement du livre « Déclic » (éditions les Arènes). Laurent Chemla n'est pas là donc il n'y a pas de macarons.

Mais pourquoi mon éditeur n'a pas un tel local, dans le 6e arrondissement de Paris ?

Anne-Sophie Jacques, co-auteure, commence, en posant des questions. « qui a un smartphone ? » « qui est nomophobe ? »

L'autre co-auteur, @imacrea parle maintenant des choses tristes, captation des données personnelles, valorisation en Bourse, etc.

Facebook gagne à peu près 30 € par mois et par utilisateur. Sans l'utilisation des données personnelles, il faudrait donc payer cette somme.

Et Jacques reprend la parole pour parler des alternatives. Soyons optimistes, des gens agissent contre les GAFA.

Elle cite Alexandra Elbakyan (Mme SciHub, pour ceux qui ne connaissent pas.)

Comme Snowden, Elbakyan est une héroïne : elle n'a pas cédé devant l'Empire.

Troisième personne citée, Stallman. Jacques explique ce qu'est le logiciel libre. (Au faciès, je dirais qu'il y a peu de geeks dans la salle, donc elle a raison d'expliquer en partant de zéro.)

Les alternatives. Jacques cite Mobicoop mobicoop.fr/, alternative au GAFA BlaBlaCar. Pas de captage de données.

. @imacrea insiste sur la non-neutralité de la technique. Quand on code, on change le monde (en bien ou en mal).

Discussion sur les moteurs de recherche. Dans la salle : « Quand j'ai envie de planter des arbres, je vais sur . Quand je cherche un résultat, je vais sur Google. »

Pour dire que le public n'est pas geek, une participante s'étonnait que des trucs ne marchent pas en Chine, et ne savait pas que l'Internet y était censuré. Elle aura appris quelque chose.

On en est aux messageries instantanées. Outre la sécurité, le gros problème est évidemment l'interopérabilité (inexistante). @imacrea appelle à une intervention publique (une loi) en ce sens.

Les questions de la salle sont très « grand public ». (« On m'a dit que Hotmail était plus sécurisé ») Ça permet de mesurer l'ampleur du travail de formation à faire.

@bortzmeyer Curieux calcul, comme si, sans données personnelles pour les personnaliser, Facebook ne vendrait aucun espace publicitaire...

@LaurentChemla Il les vendrait beaucoup moins cher. En publicité, le ciblage se négocie cher.

@bortzmeyer

*Pleure à l'intérieur de lui-même*

Si tu veux planter des arbres, va planter des arbres, bordel !

Regarde pas des "publicités écologiques".

Je suis désespéré.

@bortzmeyer

Alors que tout le monde sait que les seules adresse mail véritable sécurisé, c'est CaraMail ! 🐙

@bortzmeyer C'est triste de faire ce constat.
Pourquoi les métamoteurs n'arrivent pas aux bottes de Google, niveau pertinence des données affichées ?
Ils utilisent bien le moteurs interne de Google, non ?

@Apitronics En partie justement parce qu'ils n'exploitent pas les données personnelles. (La recherche, c'est du contexte.)

@bortzmeyer
Intéressant le cas de Alexandra Elbakyan, merci de nous en avoir parlé :)

@jibec C'est une héroïne peu connue des Communs. Peu connue, sans doute car elle n'aime pas / ne veut pas trop se mettre en avant.

@bortzmeyer en même temps, la puissance de calcul, le stockage et le débit réseau nécessaire pour pouvoir servir les pubs ciblées doivent représenter une belle partie de ce prix. Si on enlève en plus les emplois qui sont directement liés à ça, on arrive à un prix bien plus bas.

@Marud Oui, c'est comme le métro parisien. S'il était gratuit, on économiserait tous ces dispositifs qui bloquent entrées et sorties.

@bortzmeyer si c'est gagne au sens de «faut des bénéfices» ça veut même dire qu'il faudrait payer encore plus.

Sign in to participate in the conversation
Mastodon - Gougère Network

The social network of the future: No ads, no corporate surveillance, ethical design, and decentralization! Own your data with Mastodon!