Et on commence avec Stéphanie de Vanssay, sur les trolls et le harcèlement.

« Le troll n'existe pas que sur les réseaux. C'est aussi le tonton raciste aux repas de Noël. » Utile rappel, face au discours réactionnaire comme quoi le troll serait une invention d'Internet.

« Les caractéristiques du troll sont variables. Il est souvent anonyme, mais le pire auquel je suis confrontée maintenant est sous son nom officiel. »

L'oratrice critique le cliché « ne nourrissez pas les trolls ». Ce n'est pas toujours la bonne tactique que de les ignorer. L'efficacité de cette technique n'est pas prouvée.

Et ce mauvais conseil (« ne nourrissez pas les trolls ») peut être utilisé pour blâmer la victime (« si tu ne lui répondais pas, aussi », voire « tu devrais quitter Twitter ») ou carrément pour empêcher qu'on parle du problème des .

Connaissant l'effet du harcèlement sur les victimes, j'admire Stéphanie de Vanssay pour arriver à en parler avec autant de sang-froid. Je comprends les victimes qui se replient sur elles-mêmes, mais il est utile de riposter.

Chapitre utile : comment aider les victimes des trolls. Surtout, tenir compte de l'avis de la victime, faire ce qu'elle demande (notamment pour les interventions en public).

Le conseil idiot aux victimes : « c'est pas si grave, relativise »

Plus intelligent : rappeler à la victime que sa présence en ligne est appréciée, que son propos a de la valeur, que ce n'est pas de sa faute si elle est trollée.

Le meilleur T-shirt à : "Everything is going to be 200 OK".

« Architecture hexagonale » par Pauline. Non, ce n'est pas un SI conçu par SuperDupont, c'est... je ne n'en sais rien, mais je vais apprendre.

Déjà, on ne sait pas pourquoi ça s'appelle hexagonal. (C'est comme les courbes elliptiques où il n'y a pas du tout d'ellipses.)

Première idée : séparer le code métier du code d'infrastructure.

Bon, je n'en saurai pas plus sur l'architecture hexagonale, j'ai une réunion. Désolé.

« On ne fait pas de l' en dilettante. » Ah, c'est comme l'informatique ?

« Il ne faut pas confondre le frelon asiatique avec le frelon européen. »

Et à nouveau Marie Viley pour nous expliquer « Trois techniques de manipulation » Après, je vous manipulerai tous !

Premièrement, la cohérence : une fois qu'on a fait une erreur, on tend à la continuer. (Technique de l'entonnoir : demander un peu puis un peu plus...)

Deuxièmement, la réciprocité. « Papa, Maman, je peux sortir avec des copains ce soir ? » une heure après avoir fait spontanément le ménage.

Et troisièmement la pression sociale (faire culpabiliser les gens, par exemple). (Booking.com : il ne reste plus qu'une place ou bien cet hôtel a eu XXX réservations)

Maintenant, @Tris sur scène, pour « Quel est ton film d'horreur préféré » (c'est varié, les sujets à )

« Les sessions à l'Assemblée Nationale ne comptent pas »

C'est chic, , on cite Aristote. (Et la Bible : 37 mentions de cadavres, avec leur démembrement.)

Bref, le film d'horreur est l'héritier d'une longue tradition de trucs qui font peur.

Premier film d'horreur, « Le manoir du diable », de Méliès.

Concurrent du fil d'horreur : la série. L'oratrice fait remonter cela à X-Files.

Renouveau du film d'horreur avec l'Internet et le DVD: plus besoin d'aller au cinéma. Plein de films disponibles, et un progrès dans la qualité.

(L'oratrice préfère les films de qualité et n'aime pas les faux documentaires faits avec une webcam.)

Longue liste des catégories de films d'horreur (zombies, vampires, épidémies, extra-terrestres, gores, slashers, démoniaques, il manque la catégorie « Météo » avec « Canicule » et « Réchauffement planétaire »)

Parmi les questions de fond : « le film d'horreur doit-il être beau ? » (Je ramasse les copies dans deux heures.)

Autre question de fond : si on aime les films d'horreur, faut-il culpabiliser ? Est-ce que cela veut dire qu'on est un monstre ?

Et la politique : le film d'horreur contient-il une critique sociale ? « La nuit des morts-vivantes » est un film anti-raciste ? « Scream » une critique du discours anti-films d'horreur ? Et, bien sûr, Toutes les œuvres de King, qui s'attaque à l'intégrisme religieux.

« Fondamentalement le film d'horreur est féministe » Ce sont souvent elles qui tuent (Buffy...) Il n'y a que dans le film d'horreur que les femmes sont autorisées à être grosses ou à avoir des cheveux blancs

Et c'est dans le film d'horreur qu'on peut parler en premier de questions comme la transidentité (Chucky...)

Suivre

Maintenant, encore de la politique, avec Okhin @LaQuadrature ) : ce qu'on veut

L'explication de l'interopérabilité et la demande de la Quadrature d'imposer cette interopérabilité. Il faut qu'on puisse interagir avec les gens prisonniers de Facebook. laquadrature.net/2019/05/21/po

Évidemment pas suffisant, mais un premier pas.

Le fonctionne sur un ensemble de serveurs, auxquels les clients se connectent. L'administrateur du serveur est Dieu, et peut donc abuser de son pouvoir. Pourrait-on faire davantage pair-à-pair ? (Okhin mentionne briarproject.org/)

@bortzmeyer
Le problème de Briar est que ça pompe la batterie comme pas permis, mais sinon j’adore !

@bortzmeyer
"Connect directly with nearby contacts - no Internet access required" surprend.

Informatique et environement, maintenant, avec Richard Hanna.

Les « fausses bonnes idées » (supprimer ses messages, par exemple)

Les bonnes idées : l'éco-conception (penser développement durable dès le début du projet)

« Une cure minceur du logiciel et des pages Web » Virer les vidéos, les images, les nombreuses requêtes au serveur (coucou, le serverless, qui veut dire DAVANTAGE d'appels aux serveurs), et bien sûr pisteurs et publicités. collectif.greenit.fr/

Un thème pour les webmestres soucieux de développement durable : du léger, du frugal. sustywp.com/

Idée dans la salle : mettre la taille (octets et conso CPU) des sites Web dans le , pour que le navigateur puisse, à l'avance, refuser les pages trop peu écologiques.

Un dernier effort à , avec «  Le Prix du Gratuit », d'Emmanuel Revah. Malgré la canicule, on reste chaud !

(Mauvaise URL d'exemple sur les transparents : le TLD .foo existe !)

@bortzmeyer TLD qui appartient à Google, et que Google "donne" comme disponible pour faire des développement et des beta.

Intéressant ça 🤔

Plein d'entreprise travaillent à traiter nos données (LiveRamp, Adroll, NPAW, etc) et à déduire des choses (comme les relations exactes entre deux personnes, utile pour cibler les pubs).

« Notre concurrent, c'est le sommeil » (Reed Hastings, PDG de Netflix)

Il n'a pas cité le sexe. Puritanisme étatsunien ou bien compréhension du fait que c'est une activité dépassée et plus pratiquée ?

Parmi les sites Web bourrés de pisteurs, celui de la mairie de Choisy-le-Roi, qui prête la salle à

@bortzmeyer
Les administrations françaises sont dans l'UE, les plus gourmandes en pisteurs, pas moins de 52 vers des entreprises de collecte de données personnelles.
Le RGPD n'est-il qu'un leurre législatif pour légaliser des pratiques intrusives attentatoires à la vie privée ?

@Egide Le RGPD a ses défauts, mais il y en a plein qui respectent même pas les obligations les plus simples a respecter, par bullshit marketing + pure idéologie débile « C'est quand même pratique de savoir ce que font les visiteurs sur le site pour améliorer notre UX ! Les données collectées ne sont pas personnelles parce qu'on a pas les noms des personnes ! »

Typiquement, le consentement libre et éclairé n'est pas respecté par grand monde. Tant qu'on laisse passer…

@bortzmeyer

@bortzmeyer Un Crit'Air avec extinction des sites trop gourmands en période de forte consommation/heure pleine ? 🤔

@bortzmeyer
Le sexe les gens appellent ça " #Netflix and chill" maintenant, d'où le seul adversaire restant.

@bortzmeyer
J'avais lu un article qui laissait penser qu'au States l'activité sexuelle avait reculé notamment à cause de Netflix

phonandroid.com/netflix-est-en

@bortzmeyer

Netflix dépend un peu de Tinder pour une partie de sa clientèle "Netflix and Chill". Tout un truc.

en.wikipedia.org/wiki/Netflix_

@bortzmeyer @HyP @Shaft

L'aspect écologique est indirect: il s'agissait de permettre à des vieilles machines sur lesquelles on a mis un OS adapté (#Slitaz tourne avec 192 Mo de RAM en mode graphique) de pouvoir aller sur internet alors que c'est actuellement le facteur limitant.

Et donc de pouvoir continuer à utiliser des machines obsolètes (avec un plugin dans le navigateur configuré pour avertir quand une page sera trop lourde), ce qui a effectivement un intérêt écologique majeur.

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Mastodon - Gougère Network

Vive les gougères ! mnt-by: @yapret @papaeng89