Le stand de la boite que je voulais voir est vide. Ils vendent des protections anti-dDoS mais la neige les a bloqués et, comme beaucoup de stands ce matin, personne n'a pu venir.

Afficher le fil de discussion

On commence la plénière, animée par une présentatrice télé, avec un général à particule (comme dans « Cyberfatale », c'était bien vu) et Kaspersly (le Kaspersky).

Thème : les cyber-attaques.

Afficher le fil de discussion

Le monsieur d'Orange Cyberdéfense dit n'importe quoi, en parlant de « signaux faibles » à propos des (alors que la plupart des DoS sont volumétriques). Et il a évidemment dit qu'ils utilisaient de l'IA pour détecter les attaques.

Afficher le fil de discussion

La présentatrice télé demande si, pour apprendre sur les cyberattaques, il ne faudrait pas aller voir sur le darkweb. Le monsieur d'Orange Cyberdéfense lui répond qu'ils font déjà ça, et ont détecté des hackers à gilet jaune comme ça.

Afficher le fil de discussion

« Nous n'embauchons pas de pirates repentis. Une enquête de moralité est faite. » (Orange Cyberdéfense)

« Nous embauchons des gens qui avaient des cheveux longs. Après, ils les racourcissent. » (le général)

Afficher le fil de discussion
Suivre

Avec un accent russe (qui convient bien à parler de cybersécurité), Kaspersky dit que la France n''arrivera jamais à embaucher de bons hackers : « il faudrait qu'ils apprennent le français, or ils sont chinois ou latino-amricains. Et la scène malware française est [moue de mépris] » « Et puis vous ne leur donneriez pas de visa. »

« If it's serious technology, we call it machine learning. If it is PowerPoint, we call it AI. » (Kaspersky)

Afficher le fil de discussion

Maintenant, Kaspersky a la scène pour lui tout seul. « Cette année, cela fera 30 ans que je combats le logiciel malveillant. »

Afficher le fil de discussion

« Les auteurs de logiciels malveillants parlent de nombreuses langues. Espagnol en numéro 1, puis chinois, portugais et russe. » (Kaspersky)

Afficher le fil de discussion

« Ça, c'était pour le logiciel malveillant ordinaire. Pour le pro, appuyé sur un état, c'est plutôt anglais puis russe et chinois. » (Kaspersky)

Afficher le fil de discussion

« Et pour le logiciel malveillant à but lucratif sérieux, c'est toujours russe, grâce [à l'excellence du] système d'éducation russe. » (Kaspersky)

Afficher le fil de discussion

« Deux options pour l'industrie, à propos de la connexion des usines à l'Internet. Si tu ne connectes pas ton usine, pour des raisons de sécurité, tu feras faillite. Si tu la connectes, tu seras mort. » (Kaspersky)

Afficher le fil de discussion

Présentation de KasperskyOS, un micronoyau 100 % développé par Kaspersky, pour l', avec plein de niveaux de sécurité. kas.pr/y484

Afficher le fil de discussion

Sur le stand Microsoft, au , un gros slogan « La complexité est l'ennemi absolu de la sécurité ».

Afficher le fil de discussion

@bortzmeyer Propriétaire et privateur comme il se doit de la part d'une société commerciale

@bortzmeyer À rapprocher de ce qu'Intel écrit un peu partout : "No computer system can be absolutely secure."

@bortzmeyer
Comme quoi, on peut-être russe, riche et dire des conneries.
Les chinois et les latino-américains, surtout, ils ne sont pas chers.

De toute façon, la langue des hackers, c'est l'anglais même en France.
L'exception culturelle ne s'applique au numérique.

@Egide Pas d'accord. Les chinois ne parlent pas anglais, et s'en passent très bien.

@bortzmeyer
Alors, c'est qu'ils bossent uniquement en Asie.
Peut-être, des multinationales ouvrent des filiales en Chine et dans les pays voisins.

@bortzmeyer
Ah, c'est intéressant !
Un petit mot, la-dessus ?
Les seuls chinois que je peux côtoyer sont de jeunes personnes dans une école de commerce à Poitiers.
Ils parlent assez bien l'anglais.

@Egide J'ai participé à plusieurs projets avec des chinois. Même les informaticiens qui travaillent sur Internet sont loin de parler anglais. La Chine doit être un des rares pays au monde où on peut arriver au doctorat sans parler un mot d'anglais.

@bortzmeyer

Il y a très longtemps (hélas), j'ai travaillé à San Francisco dans une boite de pub dont les fournisseurs était japonais.

J'avais des contacts réguliers avec l'un d'eux dont un seul employé parlait anglais. On pouvait le joindre au téléphone 24h/24 7j/7

Tu devais bien avoir au moins un correspondant angliciste, non ?
À moins que tu ne maîtrises le mandarin.

@bortzmeyer Il les a détruit comme ça, c'était assez incroyable. 😂

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Mastodon - Gougère Network

Le réseau social de l'avenir : Pas d'annonces, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Possédez vos données avec Mastodon !