Follow

Après la lecture coup sur coup de la Brigade Chimérique - Ultime Renaissance et Saint Elme, je me sens heureux. Plonger dans l'univers de Serge Lehman m'est toujours extrêmement agréable. Je crois, au fil de mes lectures, que j'ai une appétence particulière pour les auteurs "chercheurs", qui déterrent des légendes anciennes, qui pratiquent une bibliographie raisonnée d'une genre ou d'une époque pour donner naissance à une histoire.

· · Web · 1 · 1 · 4

La Brigade Chimérique, et tout l'univers autour, est une oeuvre qui a marqué ma vingtaine, et qui continue de m'inspirer. J'adore le discours autour, cette tentative de créer un mythe qui semble pourtant impossible à émerger. La parenté avec La Ligue de Moore est évidente, mais la Brigade offre un discours différent. Ce n'est pas un hommage, ni une tentative (comme Moore le fait souvent) de "pervertir", mais la Brigade tente au contraire d'expliquer la mort de la SF française.

Ultime Renaissance n'a pas la force du premier opus, ni de Métropolis, qui est pour moi le chef d'oeuvre de Lehman dans ce corpus, mais il pourrait être le meilleur point final espéré. Des références aux auteurs contemporains se mêlent à celles des volumes précédents. Ce que semble dire Lehman, c'est que la SF française, aujourd'hui, a sa voix propre. Je trouve cette conclusion plutôt belle !

Quant à Saint-Elme, on découvre une autre part de Lehman, plutôt polardeuse, mais très réjouissante également. Le premier tome, magnifié par le dessin de Peeters, est mené tambour battant, dissémine les mystères avec élégances, et rappelle par endroits certaines scènes de Twin Peaks. C'est drôle de passer d'Ultime Renaissance, qui possède une structure somme toute classique, à Saint-Elme, tout en circonvolutions et en narrations non-linéaires.

Quand bien même certaines des positions politiques de Lehman me dérangent, cet auteur compte parmi ceux qui m'ont fait grandir, avec Fabrice Colin et Sabrina Calvo (quoi que cette dernière m'ait pendant un certain temps laissé de marbre avant que je ne découvre Sous la Colline). Voir Lehman s'épanouir et proposer de telles oeuvres en BD me réjouit énormément, et j'espère pouvoir le lire pendant de longues années !

@Swarx Je suis assez d'acc avec toi sur tout ça, merci pour le tour d'horizon. Avais-tu l'Homme gribouillé ? Je trouve qu'il pave tout à fait le chemin à Saint Elme, avec des trucs gores assez inattendus.

Metropolis est un gros cran au-dessus de tout le reste, à mon goût, je suis d'ailleurs assez surpris du peu d'écho que cette série a eu - surtout par rapport à la Brigade.

@Leo_Henry Merci à toi pour ton retour enthousiaste, ça donne envie de poursuivre mes "critiques" (voire d'ouvrir un blog, j'hésite encore).

Oui, j'ai lu l'Homme gribouillé, mais je dois t'avouer que j'en ai un souvenir flou, et pourtant lumineux. J'avais adoré l'histoire et les dessins, mais je ne me rappelle plus tellement de ce qui est raconté. Je me souviens juste qu'avec ce titre Lehman semblait poursuivre ses thématiques, tout en rompant avec ce qu'il faisait jusque-là.

@Leo_Henry Par ailleurs, je suis tout à fait d'accord avec toi sur Métropolis, c'est une pépite méconnue. C'est un livre à la conjonction de l'oeuvre romanesque de Lehman et de son oeuvre BD. Je crois que son insuccès est dû à sa narration bizarroïde, au caractère un peu plus désagréable de sa lecture. Par désagréable, j'entends difficile, froid, un peu moins fluide, mais c'est justement ce qui me plaît (et ce qui semble te plaire également, sans vouloir parler en ton nom !)

Sign in to participate in the conversation
Mastodon - Gougère Network

The social network of the future: No ads, no corporate surveillance, ethical design, and decentralization! Own your data with Mastodon!